Resident Evil 6 : test des modes bonus dans les locaux de Microsoft

Afin de récolter quelques avis de fans avant la sortie officielle des modes multijoueurs bonus pour Resident Evil 6, Biohazard France a eu l'honneur d'être invité dans les locaux de Microsoft France en partenariat avec Capcom pour tester en avant-première mondiale les modes "Survivants", "Prédateur" et "Carnage". Ce contenu sera disponible à partir du 19 décembre prochain et en exclusivité temporaire sur Xbox 360. Ces nouveaux modes de jeu originaux et calibrés pour du fun immédiat devraient vous tenir en haleine pendant de longues heures tant ils sont bien pensés et explosifs en terme de gameplay.

Le rendez-vous eut lieu chez Microsoft France, plus précisément dans le Lounge Xbox, une salle équipée de 6 téléviseurs HD avec casques Tritton ou Mad Catz, des sièges confortables, un open bar richement garni (mais qui tirait une drôle de tête une fois tout le monde parti), le tout aux couleurs de la Xbox 360.

L'accueil fut des plus chaleureux par le staff de Capcom, heureusement, après quelques difficultés rencontrées à l'entrée du bâtiment pour m'identifier et trouver la fameuse salle de l'évènement.

Après nous être remémoré les phases de jeux les plus marquantes de Resident Evil 6 ainsi que de la saga en général entre fans, nous avons chacun pris place à nos postes, dont un spécialement préparé par le staff de Capcom pour m'accueillir avec tout mon matériel de capture. Une attention vraiment plaisante de leur part.

Les jeux étaient d'ores et déjà configurés sur le menu de création des parties multijoueurs et n'attendaient plus que nous rejoignions la partie en réseau local.

Survivors

"Survivants"

Nous avons donc commencé par le mode "Survivants", mode qui peut être joué en deathmatch classique ou en team deathmatch. Ici les joueurs s'affrontent frénétiquement dans le but de faire le maximum d'éliminations sans se faire tuer par un adversaire, sous peine de finir en zombie. Libre à vous de vous attaquer directement aux adversaires humains ou d'attendre sagement leur venue sous forme de zombie fraîchement débarqué, bien plus simple à ralentir, la faute à une maniabilité assez hasardeuse une fois aux commandes de ces derniers.

En effet les déplacements, une fois muté en zombie, font preuve d'une lourdeur handicapante, voire frustrante, avec beaucoup de difficulté à faire aller le zombie là où on le souhaite, de nombreuses collisions avec les décors sont à prévoir, et bien sûr une certaine lenteur dans les attaques, bien qu'elles soient assez puissantes en somme (surtout si le zombie possède une barre de fer par exemple). Les attaques consistent à frapper, cracher ou se jeter sur sa proie pour la dévorer au sol. On notera au passage que tout adversaire éliminé lorsque l'on incarne le zombie nous fait automatiquement réapparaître sous les traits du héros choisi au départ... encore faut-il y parvenir car les adversaires ne feront qu'une bouchée de vous à longue portée. Il est important de souligner qu'il était impossible de s'équiper en armes explosives durant cette présentation. J'avais beau essayer de prendre les grenades incendiaires avec Jake ou la bombe télécommandée avec Leon, je ne pouvais que les supprimer de mon inventaire. Etait-ce dû à une restriction de la démo ou est-ce que cela subsistera dans le DLC final, afin d'éviter tout contraste d'équipement entre les joueurs ? À confirmer une fois que le contenu additionnel sera disponible en version définitive.

Nous avons joué à ce mode dans le niveau de base de Lanshiang durant quelques parties avant d'attaquer le second mode de jeu.

Predator

"Prédateur"

Ce second mode, sobrement intitulé "Prédateur", permet à tous les joueurs de la session d'incarner à tour de rôle le terrifiant Ustanak pour des parties de chasse à l'homme endiablées. Inutile de préciser que le challenge est de taille car l'Ustanak contrôlé par l'IA dans la campagne en impose déjà, alors imaginez celui-ci, répondant au doigt et à l'oeil d'un joueur avide de carnage. Ce dernier répond plutôt bien avec une vitesse de course assez hallucinante, des mouvements bien plus fluides que ceux de nos chers zombies vus dans le mode précédent, et bénéficie de l'usage de son bras modifié pour saisir les assaillants ou les projeter dans le décor. Il est également possible de tacler, pour reprendre le terme du jeu, les opposants couchés au sol pour éviter toute prise au dépourvu.

Dès les premiers instants, nous constatons que ce mode de jeu repose totalement sur le travail en équipe car la santé de l'Ustanak est si élevée qu'elle demandera beaucoup de munitions et de stratégie, comme l'encerclement, pour en venir à bout au plus vite. En effet, le plus vite sera le mieux, car des colis sont largués à certains moments sur la map au profit de l'Ustanak, permettant ainsi de changer l'arme de son bras, même si les joueurs humains bénéficient également de nouvelles armes disséminées sur la map comme l'Elephant Killer pour ne citer que lui.

Le joueur incarnant Ustanak peut également compter sur le soutient des Oko, les fameux insectes éclaireurs rencontrés dans les grottes d'Edonia durant la campagne de Jake et Sherry, et qui remplissent le même rôle, consistant à aiguiller ce dernier vers ses futures victimes. Autant dire que le stress monte rapidement pendant la partie, et la moindre baisse de garde peut être fatale surtout en cas de face-à-face.

Au niveau des points à améliorer, il est dommage de ne pouvoir se libérer une fois saisi, sauf intervention d'un coéquipier qui vous libère en appuyant sur B. Il est également frustrant que la régénération de la jauge de vie soit si longue lorsque le niveau de santé du joueur devient critique. Cela se solde généralement par la mort, surtout si les autres joueurs se trouvent pris au piège.

Ce mode est très accrocheur car il ajoute une tension inhabituelle et un sentiment de nostalgie (Nemesis de Resident Evil 3) et les 2 maps pratiquées, la "forteresse au bord de la mer" et "lave en fusion" sont intéressantes d'un point de vue tactique.

Onslaught

"Carnage"

Enfin, le dernier mode présenté, nommé "Carnage", met en duel 2 joueurs sur la map. Les deux joueurs ne peuvent se voir avant d'avoir enchaîné un maximum de kills dans le temps imparti.

La nouveauté est que chaque kill réalisé par un joueur envoie un flot d'ennemis chez son adversaire, d'où la nécessité d'enchainer les combos au plus vite (privilégiez le corps-à-corps) et d'utiliser les armes environnementales pour exploser les scores et noyer son adversaire sous une vague de monstres, rendant le challenge assez ardu en somme. Ce mode de jeu est particulièrement jouissif si vous aimez les défouloirs et autres enchainements de combos, car suivant la qualité de jeu de son adversaire, la situation peut vite virer au cauchemar avec une bonne quinzaine de zombies à se farcir en même temps à certains moments. Il fera très certainement le bonheur de tout scoreur en herbe et promet de longues compétitions, même si son intérêt reste limité. Ce dernier mode de jeu s'est joué dans les catacombes, idéales pour utiliser à son avantages les nombreux pièges qu'elles recèlent.

RE6

En conclusion

En définitive, ce pack de mode de jeu s'annonce très sympa avec de vraies variantes de jeu, mêlant stratégie, coopération, tension et surtout, et c'est bien là le principal argument pour la majorité des joueurs, beaucoup de fun à plusieurs. La date de sortie est fixée au 19 décembre pour ces 3 modes de jeux qui peuvent être achetés individuellement contre 320 points Microsoft, ou dans le pack réunissant les 3 pour 720 points.

Après quelques parties sur cet unique niveau, nous avons été contraints de rendre les armes, l'événement touchant à sa fin, mais ce fut un moment passionnant avec beaucoup de rires entre les joueurs qui semblaient satisfaits par ce contenu additionnel, de plaisir de jeu et d'échanges entre passionnés de la première heure.

LES POINTS POSITIFS

+ Des modes intéressants et originaux
+ À conseiller aux mordus d'action
+ De bons moments de stress et de fou rires
+ Des environnements bien étudiés

LES POINTS A REVOIR

- Le contrôle chaotique des zombies, transformant le joueur en chair à canon
- Un état critique trop long à dissiper face à l'Ustanak et l'impossibilité de se délivrer de son étreinte par soi-même
- Assez répétitif sur le long terme
- Quid des grenades et autres explosifs ?


Je tiens à saluer, au nom de toute l'équipe et de nos visiteurs, l'équipe de Capcom France pour cette invitation, son professionnalisme et sa disponibilité immédiate, et l'équipe de Microsoft France pour l'organisation de l'événement et la qualité de la prestation.

© Mad Jackal pour Biohazard France, décembre 2012.