Toute l'actualité sur Resident Evil : Damnation

Resident Evil Damnation : Kamiya réussit son pari ! | 23/09/2012 à 22:57

 


Tout nouveau film CG à sortir «direct to video» sur vos écrans Home Cinema, RESIDENT EVIL DAMNATION est le résultat de deux années d’améliorations techniques d’images de synthèse proposées pour une aventure horrifique se déroulant en Europe de l’Est. Il est aussi la suite de RESIDENT EVIL DEGENERATION sorti en 2008. Se faisant discret tout au long de sa production, Makoto Kamiya réussit le pari de réaliser le film RESIDENT EVIL le plus abouti à ce jour, écrasant tel un Tyran, la mauvaise concurrence des films Live.

 


Au lancement, chose pas courante, une narration démarre sur un style de bande-dessinée avec un rendu volontairement vivant pour servir l’introduction du film.

Elle raconte l’éclatement du bloc soviétique en 1991 et la naissance de nations indépendantes comme la république Slave de l’Est.

Le capitalisme et les conglomérats financiers s’installant rapidement après cette époque historique. Les oligarques prirent le pouvoir creusant rapidement le fossé qui sépara riches et pauvres dans cette fragile nation.

La république Slave subit dès lors une révolution de la part de séparatistes qui réclamèrent une nouvelle indépendance, n’hésitant pas à affronter l’armée dans une guérilla sans merci contre le gouvernement en place.

Après plusieurs années de combats violents, ce fût Svetlana Belikova, première femme présidente de ce pays, qui offrit un cessez-le-feu aux soldats de la liberté.

Mais la fin des hostilités fût de courte durée puisque rapidement le gouvernement se rendit compte que le territoire laissé aux rebelles renfermait un immense trésor…

Sous le faux prétexte de lutter contre le terrorisme, les militaires reprirent leurs attaques contre les séparatistes qui perdirent de nombreuses bases. Cependant, les combattants pour la liberté, stratégiquement bien organisés, résistèrent à leurs assaillants grâce notamment, à des monstres qui se seraient joints au combat.

C’est à peu près tout ce que vous saurez du scénario de Resident Evil Damnation, puisqu’une fois ce décor planté, le film est un prétexte à nous montrer ces monstres en action dans cette guérilla urbaine sans merci.

    


Le bestiaire, pourtant pas très étoffé, s’impose comme l’élément principal du film quelque peu au détriment des personnages, héros heureux ou malheureux, dans cette guerre.

Cette volonté affichée du réalisateur Makoto Kamiya de rendre hommage à ce qui a fait la réputation des jeux Resident Evil donne à son film un aspect gore retentissant, Resident Evil Damnation n’est donc pas le dessin animé moderne à mettre sous tous les yeux !

Là où DEGENERATION passait pour le RESIDENT EVIL du mercredi après-midi, DAMNATION démontre que le nom RESIDENT EVIL prend toute son ampleur dès lors que le sujet est traité avec le respect originel dû à son genre classé : le survival-horror.

   


Et parlons-en de ce bestiaire !

Tout d’abord, il y a le B.O.W. (A.B.O. en français) qui a été au centre de la communication pour ce film, un des plus connus et des plus aimé des fans, le LICKER (Lécheur en français).

Bien animés dans leurs déplacements, ils rappelleront les heures de jeux passées dans le parking sous terrain d’OPERATION RACCOON CITY mais aussi et encore la rencontre avec Leon S. Kennedy à travers une scène cinématique du jeu RESIDENT EVIL 2 restée culte.

Seul point noir pour ce B.O.W. mais il est de taille, c’est ce braillement d’âne que lui ont infligé les Sound Designers lorsque celui-ci agonise… qu’est-ce qui leur a pris franchement ?

   


Ensuite, le phénomène «zombies» propre à la saga de Capcom n’est pas en reste puisque l’infection des humains dans RESIDENT EVIL DAMNATION se fait par l’introduction buccale du parasite «Plaga», celui là même dont vous avez pu voir les effets néfastes à partir de RESIDENT EVIL 4 mais aussi et surtout avec RESIDENT EVIL 5.

Ces zombies, ou plutôt "infectés", de deuxième génération sont plus costauds, plus résistants et plus intelligents que leurs congénères titubants (ils causent même à présent).

Ils crèvent l’écran de par leur organisation rendant au film ses scènes les plus gores. Certainement la meilleure présentation faite par Capcom sur ces sujets d’expérience. Ah ! Si seulement les présentations avaient pu être aussi habilement amenées dès Resident Evil 4, ces infectés-plaga n’auraient pas souffert d’un désamour avec les fans qui heureusement n’a plus lieu d’être avec DAMNATION !

Car Makoto Kamiya réussit avec son film ce fabuleux tour de force qui consiste à réconcilier les fans les plus exigeants comme moi à (enfin) accepter cette zombie (r)évolution !

   


D’ailleurs on sent bien que le réalisateur (qui a travaillé sur d’anciens épisodes des jeux) a voulu mettre le film au service des fans les plus puristes de la saga, même s’il a aussi voulu s’intéresser aux plus neufs d’entre eux avec notamment, ces scènes au ralenti (slow motion) qui font leur effet au moment «matrixement» voulu.

   


Enfin, il y a les Tyrans.

Ces B.O.W. absolument redoutables de puissance prennent la désignation de T-013 dans le film. Difficile de dire si c’est une erreur en forme d’inversion de chiffre (T-103 dans RESIDENT EVIL 2) ou d’une espèce plus précoce dans le processus de production de ces B.O.W.

Leur transformation en Super Tyran ne montrant pas leur cœur en position centrale et leur chiffrage 013 laissent donc à penser qu’ils seraient d’une espèce plus ancienne que ceux vus dans le jeu RESIDENT EVIL 2. Seulement voilà, ils sont bien plus géants que le «M.X» de RESIDENT EVIL 2, et l’histoire de DAMNATION se passe quelque part entre DEGENERATION et RESIDENT EVIL 6. On est donc loin de l’époque des évènements du commissariat de Raccoon City.

Ces quelques zones d’ombres dans les explications et la réapparition de ces anciens B.O.W. viennent frustrer quelques peu les ardeurs du fan. Car même si, globalement le fan se passe d’explications pointues (car RESIDENT EVIL n’est pas METAL GEAR), il est en droit d’en demander un minimum pour sa compréhension personnelle. Et sur ce point DAMNATION ne dit rien sur comment sont arrivés toutes ces A.B.O. à Holifgrad et d’où proviennent-elles ?

Pas la moindre trace d’une organisation qui serait responsable (TRICELL, Umbrella, Neo-Umbrella etc.), ni la moindre référence à un réseau de marchands d’Armes Bio-Organiques sur le marché des trafiquants. C’est un des reproches majeurs que l’on peut faire au film.

Ces Tyrans (qui vont par paires d’ailleurs) vous laisseront aussi avec le souvenir de leurs rencontres dans OPERATION RACCOON CITY. La façon dont ils se protègent le visage aussi d’ailleurs.

   


Passons maintenant si vous le voulez bien aux principaux protagonistes humains de RESIDENT EVIL DAMNATION. Leurs design, surtout les visages, sont tous très réussis. C’est nettement plus abouti que dans DEGENERATION sur ce point. Le film est d’ailleurs nettement au-dessus de son prédécesseur sur bien d'autres facettes également.

Notre Leon adoré rempile pour une nouvelle mission, non sans risques, malgré l’ordre formel du gouvernement américain de ne pas intervenir dans cette histoire de guérilla. Mais après tout, pouvait-il en être autrement puisque Leon a été frappé par le syndrome du "tourisme sinistre" depuis son affectation en tant que flic débutant à Raccoon City.

Logique donc que ça le poursuive et cette fois, il n’échappera pas moins de six fois à la mort dans DAMNATION. Fidèle à lui-même, il garde sa recommandation habituelle de shooter les zombies en pleine tête, et se fend de son habituelle résistance sur des coups pourtant très puissants de B.O.W.

Là où le commun des mortels aurait eu les os en miettes, Leon lui, encaisse les coups, presque sans broncher. Mais c’était déjà le cas sur les coups de griffes du Super Tyran dans RESIDENT EVIL 2, Donc, pas de raison d’en changer me direz-vous. :p Et notre SUPER LEON sait toujours autant passer à travers les balles des armes automatiques.

   


Sur les mouvements des personnages, KAMIYA a, là encore, voulu servir les fans en montrant tantôt des déplacements dans la pure tradition des anciens jeux (lorsque Leon court pour pénétrer dans le parking par exemple) et d’autres fois les roulades de Leon ainsi que ses prises au corps à corps montrent la panoplie de coups que vous pourrez réaliser dans RESIDENT EVIL 6, le prochain titre très attendu de Capcom.

  


Ada Wong s’initie quant à elle à des combats originaux en compagnie de Svetlana Belikova mais sur l’aspect purement biographique de l’espionne rouge, n’espérez pas en apprendre plus si ce n’est qu’elle est venue encore une fois récupérer un échantillon viral. Dommage, c’est pourtant avec ce genre de réalisation qu’il serait important d’approfondir la bio de certains personnages.

  


Si on passe les séparatistes en revue, Buddy reste le plus attachant de tous de par sa relation plutôt chaotique avec Leon.

 


«JD» est le personnage humoristique comme pouvait l’être Keith et Quint dans RESIDENT EVIL REVELATIONS.

 


Enfin «Ataman», joue le rôle pour lequel il a été pensé : nous introduire le fait que l’on puisse désormais contrôler les B.O.W. à distance grâce à la découverte de deux souches de «plagas» : les dominants et les esclaves. Avec toutefois, des effets secondaires irréversibles à quiconque s’aventure à jouer au maître des B.O.W.*
Le jeu OPERATION RACCOON CITY avait introduit cette possibilité «d’apprivoiser» des B.O.W. avec cependant un processus différent pour le contrôle à distance.

 


RESIDENT EVIL DAMNATION se pose donc en film CG qui maîtrise bien son sujet avec des combats gores et originaux, procurant un fan service fourni mais subtil (rappel des infectés-plaga au son des cloches de l’église, portes automatiques qui verrouillent une pièce comme dans CODE VERONICA, ascenseur menant vers un labo souterrain, sirènes annonçant l’activation d’un système d’évacuation, Leon qui dégaine son couteau comme pour affronter les meilleurs boss dans les jeux, le long couloir du palais présidentiel et la scène qui s’en suit…)

      


et pouvant se targuer d’une transition en deux temps réussie qui passe lentement d’un travail d’ambiance réalisé dans la première partie du film à de l’action non-stop ensuite ! Le mix’ essentiel semble-t-il aujourd’hui pour réussir un bon RESIDENT EVIL. Certains plans, en vue à la première personne, sont même bigrement immersifs.

   


Très peu de ratés donc, mis à part peut-être ce manque d’ambiances musicales (la seule m’étant restée en tête est l’entrée de Leon dans le palais présidentiel).

En conclusion, RESIDENT EVIL DAMNATION est sans aucun doute *LE* film RESIDENT EVIL qu’il vous faut choisir afin de vous faire patienter jusqu’à la sortie de RESIDENT EVIL 6, lequel vous est d’ailleurs présenté en guise de générique de fin.

  


VERDICT : 4/5

Les versions Blu-Ray et DVD proposent des bonus dont raffolent les fans :
Artworks en tout genre, Making-Of et ADN de RESIDENT EVIL DAMNATION.
La galette contient également deux bandes-annonces de jeux Capcom : RESIDENT EVIL 6 et DMC.
Seul le bêtisier apparait complètement raté et parfaitement inutile.


RESIDENT EVIL DAMNATION
© 2012 CAPCOM CO., LTD. and Resident Evil CG2 Film Partners. Tous droits réservés.
© 2012 Sony Pictures Home Entertainment inc. Tous droits réservés.

Disponible en Blu-Ray, DVD et VOD.
Distribution pour la France : Sony Pictures Home Entertainment France (SPHEFR)


Posté le 23/09/2012 à 22:57 par Hunk dans Resident Evil : Damnation

Concours Resident Evil : Damnation | 17/09/2012 à 20:43

 

Biohazard France organise en association avec Sony Pictures Home Entertainment France, un concours permettant de remporter 5 Blu-Ray et 5 DVD de RESIDENT EVIL DAMNATION, ainsi que d'autres lots à découvrir ici.

A partir de ce soir jusqu'à vendredi, tentez votre chance sur Twitter ! Suivez nous pour surveiller le premier top départ qui sera lancé par Hunk dans la soirée sur Twitter ;) La seconde partie du concours aura lieu sur le forum samedi et dimanche.

Vous trouverez tous les détails du concours et les modalités sur notre page dédiée au concours.

Nous vous rappelons que le concours est réservé à la France métropolitaine et à la Corse ! Bonne chance à tous :))

© 2012 CAPCOM CO., LTD. and Resident Evil CG2 Film Partners. Tous droits réservés.
© 2012 Layout and design Sony Pictures Home Entertainment inc. Tous droits réservés.


Posté le 17/09/2012 à 20:43 par Ada dans Resident Evil : Damnation

Resident Evil Damnation : Nouveau trailer japonais | 14/09/2012 à 8:51

Sony Pictures Japan vient de dévoiler le tout nouveau trailer japonais de Biohazard Damnation, avec en prime, une image du Tyrant, de Ada et de Leon.



   
Posté le 14/09/2012 à 8:51 par Hunk dans Resident Evil : Damnation

Resident Evil Damnation : Avant première le 21 septembre | 13/09/2012 à 7:30

Sony Pictures Entertainment Japan invite la presse à la première projection 3D mondiale de «Biohazard : Damnation»


Quelques-uns de nos confrères ont pu recevoir cette invitation pour l'avant première mondiale de Biohazard Damnation en 3D.

Sony Pictures Entertainment Japan vous invite à la première projection 3D mondiale de «Biohazard : Damnation»

Le film CGI intégral «Biohazard : Damnation» (Titre anglais : «Resident Evil : Damnation») -- basé sur la franchise de jeu vidéo à méga-succès de Capcom «Resident Evil» -- sortira dans les cinémas du Japon le 27 octobre (samedi).

En parallèle avec le «Tokyo Game Show» (TGS) qui se tient au Makuhari Messe Convention Center à proximité, Sony Pictures Entertainment Japan projettera en 3D «Biohazard : Damnation» au cinéma Kadokawa Cineplex Makuhari le 21 septembre (vendredi). Le réalisateur Makoto Kamiya et le producteur Hiroyuki Kobayashi (Capcom) feront des remarques introductives et célébreront l'achèvement du film avec vous. Ce sera la seule occasion de voir le film en 3D avant sa sortie. Venez vivre l'horreur et le suspense sur le grand écran !

Date : 21 septembre (vendredi) 17 h (admission) 17 h 30 (projection)
Lieu : Kadokawa Cineplex Screen 7

*À distance de marche de la gare de JR Kaihin Makuhari - sortie Nord - (en face de TGS).

Remarque :

Imprimez et apportez ce communiqué de presse à la section « Biohazard : Damnation » du stand Capcom au salon TGS entre 10 h et 16 h le 21 septembre (vendredi) pour recevoir votre billet d'entrée.
Vous ne serez pas admis/e à la projection si vous n'avez que l'imprimé du communiqué de presse. Vous DEVEZ obtenir votre billet d'entrée au stand Capcom et le présenter au cinéma.
Une seule personne sera admise par billet d'entrée.
Vous devez vous identifier comme journaliste.
Les billets et l'entrée seront basés sur le principe « premier arrivé, premier servi ». L'admission cessera dès que le cinéma sera plein.
Une carte du Kadokawa Cineplex sera imprimée sur le billet d'entrée.

Ne manquez pas non plus l'évènement de presse «Biohazard : Damnation» sur le podium spécial TGS le même jour à 11 h avec le réalisateur Makoto Kamiya, le producteur Hiroyuki Kobayashi et l'actrice/chanteuse/mannequin Anna Tsuchiya qui chante la chanson de la bande originale.

Réalisateur : Makoto Kamiya («Biohazard : Degeneration», «GANTZ» (Réalisateur VFX))
Script : Shotaro Suga («Biohazard : Degeneration», «Ghost in The Shell : Stand Alone Complex»)
Producteur : Hiroyuki Kobayashi («Biohazard : Degeneration», «Biohazard 6») Production CGI : Digital Frontier

Production/Copyright : Resident Evil CG2 Film Partners Distribution : Sony Pictures Entertainment
©2012 Capcom/Resident Evil CG2 Film Partners

Site Web japonais : http://www.biohazardcg2.com/


Retrouvez une interview du Directeur Makoto Kamiya à propos du film :

Posté le 13/09/2012 à 7:30 par Hunk dans Resident Evil : Damnation

Resident Evil Damnation : Présentation du Licker | 10/09/2012 à 8:14

Au centre de l'intrigue du film RESIDENT EVIL DAMNATION, voici une présentation vidéo du Licker, une des armes bio-organique les plus redoutables du bestiaire RESIDENT EVIL.



Thanks to Rely On Horror et Moulay Mehdi pour l'info.
Source : Site officiel U.S. RESIDENT EVIL DAMNATION
Posté le 10/09/2012 à 8:14 par Hunk dans Resident Evil : Damnation