Actualités

Resident Evil Infinite Darkness : Interview d'IGN Japon | 05/07/2021 à 13:46

Nous sommes tout près de la sortie (ce jeudi) de la série Resident Evil Infinite Darkness sur la plate-forme NETFLIX, aussi les dernières entrevues avec le producteur Hiroyuki Kobayashi et le réalisateur Eiichiro Hasumi initiées avec la presse japonaise il y a quelques semaines finissent d'être publiées.

Aujourd'hui, intéressons nous à celle d'IGN Japon. Je n'ai repris que les moments les plus intéressants car la grosse partie des détails a déjà été abordée dans l'interview de Famitsu que je vous ai traduite il y a quelques jours.

IGN : Resident Evil est une longue saga qui fête maintenant ses 25 ans. Est-ce difficile de créer une histoire originale qui s'y intègre parfaitement ?

Kobayashi : Dans ces 25 ans, Il y a évidemment une chronologie de la saga à respecter. Nous avons décidé que les évènements se dérouleraient en 2006 avec Leon et Claire comme personnages connus.



Hasumi : J'ai participé à cette production sans être familier avec la saga Resident Evil contrairement à d'autres membres de l'équipe. Il m'a donc fallu poser un tas de questions à M. Kobayashi, comme quel genre de personnage était Leon. Leon est passé de policier débutant à Raccoon City, doté d'un sens aigu de la justice, à cet homme usé par la lutte contre le bio-terrorisme dans Resident Evil: Vendetta sorti en 2017. M. Kobayashi m'a dit que ça pourrait être intéressant d'en faire une dramaturgie, alors j'ai fait une histoire à partir de cette recommandation.

IGN : Vous tentez pour la première fois une série de quatre épisodes sur Netflix, quelle en est la raison ?

Kobayashi : J'ai déjà produit trois films 3DCG, donc cette fois-ci j'avais envie de raconter une histoire de façon épisodique. J'aime les séries télévisées et les anime, alors je voulais créer cette excitation d'enchainer le scénario sur le prochain épisode dès que possible. J'ai discuté avec le réalisateur et nous avons travaillé sur la fin de chaque épisode en tenant compte de la composition du scénario.

IGN : La séquence d'ouverture commence par une scène où les forces spéciales américaines interviennent sur le terrain. Qu'est-ce que votre expérience de réalisateur peut apporter à cette scène ?

Hasumi : Je pense que la scène d'ouverture est très importante dans les films, en particulier pour les films dramatiques. C'est comme pour une première chanson d'un concert de rock.

IGN : Leon étant la tête d'affiche, faut-il donc s'attendre à de l'action et à des moments forts ?

Kobayashi : Cette fois, c'est un drame à suspense, j'ai essayé de faire en sorte que l'action ressemble davantage à un Resident Evil "classique". Et pour ce faire, j'ai demandé au réalisateur d'intégrer des scènes classiques, comme l'utilisation d'une certaine arme à la fin.

Hasumi : Quant à Leon, M. Kobayashi m'a indiqué que ce personnage peut effectuer toutes les actions d'un Tom Cruise.

IGN : Alors, dites-nous en plus sur le rôle de Leon !

Hasumi : Leon est un personnage qui ne parle pas beaucoup. Je pense que cela contribue à son charme. Vous verrez une scène où Claire et Leon sont en désaccord sur une vérité à ne pas dévoiler.

Kobayashi : L'œuvre précédente, Resident Evil Vendetta, date de 2017 mais les évènements se déroulent en 2014. Elle dépeint un Leon fatigué par tout ce qu'il a vécu et qui se réfugie dans l'alcool. L'histoire de Resident Evil : Infinite Darkness le dépeint plus jeune, dans son rôle actif en tant qu'agent du gouvernement.

IGN : Comment l'autre personnage principal, Claire, est-elle représentée ?

Hasumi : C'est une femme très carrée, et je pense que cette période de son existence est très intéressante comparée à un Leon qui a dû changer de positionnement. Bien sûr, il existe toujours cette franche camaraderie et cette relation de confiance, mais les chemins séparés qu'ils vont devoir suivre constituent une partie importante du drame qu'ils vont vivre.